Enceinte, j'enrageais de voir les rayons maternité dégouliner de pastel, de noeud-noeud, de poudré, et autres trucs du genre. J'y voyais là un attentat au bon goût, et une façon de réduire les femmes sous haute imprégnation hormonale à l'état de décérébrée notoire. Comme si les fichues hormones ne nous faisait plus voir que des arcs en ciel avec des petits bisous partout et des paillettes en coin. Ou plutôt comme si les stylistes confondaient HCG avec LSD! Ho ho!

 Bref de bref... c'est passé tout ça! 

Mais voilà que mon esprit tellement lumineux n'est ce pas, a été traversé par une subite envie de rose bonbon, de romantisme, de tout ce que j'ai toujours considéré avec effroi-dédain-mépris jusqu'ici. Va savoir ce qui m'a pris! Moi qui ai été recalée à la prépa "fille-douce"!!! Même l'Homme a cru a une blague quand il m'a vue déballer mon tissu...

Faute, très certainement, à cette petite robe que j'ai vue dans le Fait Main août 2015:

 

Elle est canon hein? Et elle sent bon l'été, la plage, les barbeuk et l'huile solaire! Et tu sais quoi? En lisant les instructions de montage elle promettait d'être très facile à faire, très rapide donc tout à fait adaptée à mon niveau (de celle qui n'y connait pas grand chose), et à mes exigences en terme de timing.

Vois plutôt: un dos, un devant, pas de manche à monter, pas de zip, 4 coutures et roule ma poule:

 

Vu l'instabilité de ma silhouette en cette période post grossesse avancée, et vu que mes dernières cousettes commençaient à bailler sévère, j'ai décidé de reprendre mes mesures. Avec une grande surprise (qui m'aurait presque poussée à fêter ça avec une tablette de chocolat), je suis passée du 46 au 42! Pourtant ma balance, cette sombre pétasse, reste inflexible et s'obstine à afficher ces maudits +12kg! Je la hais! à croire que ça lui arracherait une LED si elle indiquait au moins deux kilos de moins! Non pas que je veuille à tout prix retrouver mon poids d'avant, mais j'adore mes fringues du temps où Bigorneau n'était même pas un pois chiche... Ah Bigorneau... il en valait bien la peine quand même... même si en ce moment je soupçonne les labos de faire passer du Guronsan ultra concentré pour de la vitamine D... mais bon...

Ma pauvre Simone, je m'éparpille...!!!!

DONC, tralala youpi, 2 tailles en moins! Forcément, ça a redoublé mon envie de petite robe estivale. Le seul hic, c'est que dans toute sa simplicité absolue promise pour la réalisation (entends: corsage sans pinces), j'ai eu peur de l'effet sac. Du coup, mon choix s'est porté sur deux tissus: un coton blanc léger pour le haut et un coton à motifs pour la jupe. Pour donner plus de dynamisme à cette robe et compenser l'effet sac, j'ai rajouté une ceinture récupérée dans les chutes.

Effectivement elle est ultra rapide à monter: 2h top chrono en comptant le temps de surfilage de toutes les pièces au préalable et en sachant que froncer 1,30m de longueur ça m'a pris du temps.

À minuit j'ai poussé ma pédale sur le côté, j'ai enfilé ma nouvelle robe et ai demandé le verdict à Chéridou qui s'est exclamé aussitôt d'un "oh! T'es belle!" Franchement Simone, what else?

Sauf qu'après le verdict de l'homme, je suis allée me voir dans le miroir (quand même) et là j'ai du me rendre à l'évidence: elle fait un brin sucré de fille qui glousse et je me sens comment dire... enrubannée. Mais tant pis! L'homme l'adore et m'adore dedans. Je vais bien réussir à m'y faire! D'ailleurs je l'ai apprivoisée ce matin, du coup elle est un brin froissée sur les photos.

Je te la montre?

 

Pour un maintien optimal de la ceinture, je l'ai piquée sur les côtés de la robe et le long inférieur dos.

 

Détail ceinture :

 

Tissus imprimé floral de chez Rijs Textiles

 

 

Ok ok, les photos ne sont pas top top. Chéridou a certes toutes les qualités du monde, mais aucun talent de photographe (et encore moins avant de retourner au boulot)!

 

J'ai testé pour toi: (ouais, ça faisait longtemps hein!)

- le coton blanc étant souvent transparent, j'ai doublé chaque partie du haut en surfilant simplement ensemble chaque devant et chaque dos.

- le tissus rose s'est révélé extensible en vrai, mais il est tout de même super agréable à coudre (pas forcément à froncer)

- techniquement, les instructions sont claires ou tout du moins compréhensibles. En même temps le montage du modèle est plutôt intuitif. 

- techniquement toujours, j'avouerai que la pose de biais m'a un peu gonflée, mais 1: je n'aime pas ça, 2: honnêtement, ça va quand même, même si mon neurone n'imprime pas la technique.

- j'ai du manquer de vigilance lors du découpage ou peut être lors du montage du biais de la fente d'encolure, parce que les bords ne sont pas en face. À moins que d'avoir du décalquer le patron sur une planche archi surchargée ne m'ait filé la berlue (d'ailleurs, j'ai un starbisme convergent depuis! C'est malin! Ils devraient fournir un bon de consultation chez l'ophtalmo dans ces magazines!). Mais comme le col peut se porter ouvert, ni vu ni connu, tu vois rien!

- je regrette simplement que la taille ne soit pas plus marquée. Je pense que je vais la creuser sur la prochaine (oui, je vais en refaire une autre! mais une version plus tutu!.... damned, je suis foutue...)

 

Et toi, tu en penses quoi? (sans langue de bois hein!)

 

Allez, je te laisse sur un gribouillis de circonstance griffonné lors de ma grossesse (manifestement, j'ai des restes même 7 mois après. ..)

 

... et te dis à très vite!